»»»Automatisation des déploiements multiplateformes au sein du groupe Geodis.
Automatisation des déploiements multiplateformes au sein du groupe Geodis. 2018-06-15T09:54:46+00:00

Project Description

Automatisation des déploiements multiplateformes au sein du groupe Geodis.

Logo Geodis BM

Solution d’automatisation des déploiements logiciels, Drops est aussi la première réalisation de Drops Software, une spinoff d’Arcad Software, le spécialiste de l’Application Lifecycle Management (ALM) en environnement AS400/IBM i. Drops fournit aux entreprises la capacité d’automatiser les déploiements applicatifs sur des infrastructures multiplateformes.

Le groupe GEODIS, client de longue date des solutions ALM d’Arcad Software, est l’un des premiers grands groupes à avoir sélectionné et adopté cette solution pour automatiser le déploiement de leurs solutions internes. Le groupe GEODIS a réorganisé en 2011 sa DSI en centre de services (le CSPI) afin de proposer plus efficacement des services d’informatique à valeur ajoutée à ses différentes divisions. Certaines des applications du groupe sont extrêmement complexes avec une intelligence qui demeurent exécutée par un IBM i et de multiples couches d’IHM et Web Services déployées sur des serveurs JBOSS.

La complexité intrinsèque de cette infrastructure est notamment à l’origine de la création du Service de Release Management du CSPI de GEODIS. Ce service prend en charge tout ce qui relève du « delivery » et de la gestion des configurations, mais aussi le « Test Management », autrement dit la vérification des corrections avant leur approbation par la maîtrise d’ouvrage et leur déploiement en production.

Pour Hyacinthe KOPOIN, Responsable du service Release Management du CSPI (Centre de Services Partagés en Informatique) du groupe GEODIS « De 2011 jusqu’à l’année dernière, nous avons progressivement installé le service de Release Management, en élaborant et en éprouvant tous les process. Mais ces opérations sont très manuelles et s’appuient essentiellement sur une succession de scripts Puppets. Nous n’avions donc ni ordonnanceur, ni notion de couplage de package de delivery, ni réelles notions de planification. Et les retours arrière, le jour du déploiement, n’étaient pas possibles autrement qu’en restaurant l’état antérieur des serveurs JBOSS. Autrement dit, tout notre système de déploiement reposait jusqu’ici sur la rigueur d’exécution des processus décrits par nos équipes. ».

Les processus évoqués étant devenus suffisamment matures et formalisés, le service de Release Management s’est mis en quête d’une solution d’automatisation capable de prendre en charge l’intégralité des opérations de déploiement malgré la complexité intrinsèque des applications GEODIS qui nécessitent de déployer à la fois la couche IBM i et les couches IHM/Web Services à chaque mise à jour de l’applicatif. « Fin 2014, nous avons entamé l’industrialisation de notre processus de Delivery afin de mieux automatiser et surtout mieux sécuriser ces opérations. La solution étant amenée à devenir le cœur de notre processus de Delivery, on se devait d’adopter une approche pragmatique et itérative. Le choix de Drops s’est rapidement imposé après un premier POC (Proof-Of-Concept) car il permettait d’automatiser notre processus de déploiement tout en s’adaptant vraiment à notre contexte. C’était là notre objectif principal, nous ne voulions pas d’un outil trop clés en main ou trop générique qui ne puisse pas se fondre à la spécificité de notre contexte ».

Au-delà du fait de pouvoir l’adapter au contexte particulier de GEODIS, le choix de Drops s’est aussi fait sur d’autres critères. « Le premier d’entre eux, c’est qu’il s’agit d’un produit Arcad » explique Hyacinthe KOPOIN. « Arcad est un partenaire privilégié dans l’univers IBM i et nous utilisions notamment Arcad Deliver pour le déploiement de nos composants IBM i. En optant pour Drops, on ne partait pas dans l’inconnu. En outre, la proximité et l’expertise reconnue d’Arcad étaient pour nous une assurance, celle d’être accompagnés tout au long de notre démarche. ».

Au final, le déploiement de Drops s’est révélé un processus fluide et rapide. Après le POC monté en décembre 2014, les équipes du service de Delivery ont commencé à travailler sur l’implémentation réelle fin janvier 2015. En moins de trois mois, l’équipe est parvenue à sortir une première version de son processus de Delivery entièrement automatisé : « Mi-avril, nous allons pour la première fois procéder au déploiement de notre applicatif depuis Drops en couvrant à la fois les couches IBM i et IHM ».

L’adoption de Drops engendre des gains immédiats. Tout d’abord en matière de sécurisation puisque la quasi-totalité des interventions manuelles sont désormais supprimées. Bien évidemment, La réduction des actions manuelles réduit aussi significativement la charge et le coût des déploiements. Parallèlement, les ressources nécessaires au déploiement sont également mieux planifiées et plus faciles à prévoir grâce à la mise en œuvre de plans de déploiement des différentes releases applicatives.

On a des gains attendus en matière de sécurisation puisque l’on supprime la quasi-totalité des interventions manuelles. On peut aussi planifier et prévoir plus précisément les ressources nécessaires au déploiement. Les gains portent aussi sur le pilotage des déploiements puisque tout se fait depuis une console unique qui orchestre les déploiements à la fois IBM i et IHM.
Hyacinthe KOPOIN remarque que « D’une manière générale, en adoptant Drops, nous gagnons significativement en réactivité et en souplesse mais aussi en sérénité. Car l’évolutivité de la solution nous permet d’envisager paisiblement l’arrivée de nouveaux composants techniques dans nos processus de Delivery ».

Mais outre ces gains attendus, Hyacinthe KOPOIN note que « Drops nous apporte aussi des fonctionnalités que nous n’avions pas jusqu’ici. Il assure par exemple l’arrêt et redémarrage automatisés des sous-systèmes. Il nous offre surtout une plus grande fluidité et nous permet de définir un workflow très complet avec des étapes de vérification et de « Go ou No Go ». Dans notre prochaine release nous allons aussi faire évoluer la configuration de l’outil afin d’avoir des tableaux de bord avec des indicateurs d’aide à la décision ».

En guise de conclusion, Hyacinthe KOPOIN veut insister sur ce qui, à ses yeux, constitue la qualité première de Drops : son adaptabilité. « C’est ce qui lui permet de se fondre à notre architecture technique. Je pense sincèrement que cette adaptabilité permet aujourd’hui à Drops de s’insérer dans presque toutes les infrastructures sans investissements importants. C’est sa grande force. »

Loïc Duval, rédaction IT Pro Magazine, iTPro.fr